Anthony Joseph Live : Alchimie et pulsation

Live Kicks #8 : « Blown into a Mouthpiece »

On a déjà parlé de claque majeure à propos du dernier album d’Anthony Joseph et de son Spasm Band. Une claque d’autant plus intense lorsqu’elle surgit de scène, implacable, comme pour mieux marquer les esprits.

L’illustre prêcheur Anthony Joseph ressemble à un mélange entre Isaac Hayes et Richie Havens, possédé par son propos et magnifié par la classe de son groupe. Il s’agite et fait tanguer son crâne chauve dans une gestuelle ample, puis revient déclamer ses poèmes comme des psaumes. Chaque nuance de la rythmique vient exalter l’alchimie des corps et dessine les contours d’une autre dimension, portée par une pulsation unique, porte ouverte aux états seconds et à la béatitude dansante.

Les solistes – un blondinet saxophoniste/flûtiste, et un guitariste aux dreadlocks qui traînent par terre – font durer le plaisir à coups de fulgurances expressionnistes, parfois épiques et toujours inspirées.

On pourrait s’extasier encore longtemps sur cette démonstration de Voodoo Funk expiatoire, détailler chaque minute et chaque parcelle de mesure pour rendre compte de la puissance phénoménale du Spasm Band et de son  vocaliste emphatique… On se contentera de vanter les vertus curatives d’un tel concert, ressenti comme un remède universel et universaliste.