Queens Of The Stone Age « ..Like Clockwork » : Ooh Lala Da Doo Ron Ron

This Is The News #13 : « It’s all in Motion, oh Visions of Collisions »

Les Queens Of The Stone Age ont toujours eu un statut à part, tout simplement parce qu’ils savaient marier le bourrinage instrumental au raffinement mélodique. Les sensibles pouvaient s’encanailler à coups de grosses guitares, les brutes s’ouvraient au monde de la finesse chantée. Et aujourd’hui avec « Like Clockwork », on en est où ? Bah on a perdu à la fois en bourrinage et en raffinement.

Ce qui ne veut pas dire que ce soit une mauvaise chose. Les évolutions musicales sont salvatrices quand elles ne viennent pas de nulle part, et permettent d’avancer sans lasser. Et puis soyons honnêtes, ce que les reines ont sorti après « Songs for the Deaf » n’était pas inoubliable. Il était donc temps de se renouveler.

Donc, on est content de retrouver Dave Grohl derrière la batterie. C’est une première chose. La deuxième, c’est que le son est devenu beaucoup moins agressif, bien que chargé d’une puissance lissée, cliniquement épique. Il fallait bien ça pour porter la voix de Josh Homme, constamment à la recherche de la mélodie évidente et fédératrice, à la limite du pompier.

« Like Clockwork » est donc un album taillé pour les stades, qui sait aussi bien monter le volume que calmer le jeu, un disque à la fois rock’n’roll et rassembleur. La preuve, même Sir Elton John est là pour accompagner une ballade (si, si). Tout est réuni pour une satisfaction optimale de foules. Bref, il est super cet album des Foo Fighters. Oh. Wait.

Le titre qui envoie du lourd :

« Keep Your Eyes Peeled », blues lent et tordu, saturé de noirceur crasse.

L’AOC Queens of The Stone Age :

« My God Is the Sun », où l’on retrouve tout ce qui a fait le succès passé des QOTSA.

Le groove irrésistible :

« Smooth Sailing », qui redéfinit instantanément le Swag.