Nick Cave & The Bad Seeds Live : Poétique de l’étreinte

Live Kicks #15 : « An Eye for an Eye and a Tooth for a Tooth »

Bon. On ne va pas tourner longtemps autour du pot : ce qu’on a vu de 27 Juillet au soir était proprement exceptionnel. A la mesure de la carrière, de l’oeuvre et de la singularité de Nick Cave, qui a mille fois mérité sa place au Panthéon de la musique. Et pour une fois, le spectacle a également été à la hauteur du Théâtre Antique de Fourvière, lieu magnifique qui mériterait plus d’artiste qui ont hérité d’un sens de la dramaturgie poétique.

Déjà, entre l’inaugural « We Know Who you Are », la grandiose « Jubilee Street », l’épopée « Higgs Boson Blues » ou la bien nommée « Push The Sky Away », Nick Cave et ses Bad Seeds confirment tout le bien qu’on pensait de leur dernier album.

A l’orée du crépuscule lyonnais, ces chansons prennent corps, construisent une atmosphère consistante qui ne demande qu’à exploser quand le groupe entame ses classiques. Il faut avoir entendu « The Mercy Seat » ou « Stagger Lee » sur scène pour se rendre compte du phénomène. C’est une déflagration orageuse, une tempête électrique qui vient faire frémir les poils et le système nerveux.

Au centre de toutes les attentions, Nick Cave fait vrombir sa voix dans son costume bien taillé, adoucit et pose ses graves entre quelques hurlements cathartiques. Il n’hésite pas à donner de son corps en allant se faire tripoter les cuisses sur les premiers rangs et en filant des faux coups de latte à Warren Ellis. Puis il repart, rugissant, le pas rapide et les postures félines, avec l’énergie de ses vingt ans. Incapable de jouer à l’économie, il se livre sans ménagement, et même lorsqu’il est seul au piano, c’est toute la scène qui s’imprègne de son magnétisme.

Entre violentes caresses et élégantes étreintes, c’est un concert qui se vit plus qu’il ne se regarde ou s’écoute. On en porte encore les traces, ces cicatrices heureuses d’une soirée dont Fourvière se souviendra, inscrivant l’hstoire du festival dans l’Histoire des vieilles pierres du Théâtre Antique.